Portraits

© DR
Kévin Hardouin
Biochimiste
Il a reçu le prix de la meilleure présentation orale des doctorants lors du Symposium international sur les algues, du 21 au 26 avril dernier, à Bali en Indonésie.

"Je cherche à valoriser les algues vertes"

Kévin Hardouin effectue sa thèse à l’Université de Bretagne-Sud, dans le cadre d’une Convention industrielle de formation par la recherche (Cifre) avec l’entreprise morbihannaise Olmix.

"Je cherche à valoriser les algues vertes. Pour cela, j’étudie les propriétés des molécules qui composent leurs parois. Il s’agit en majorité de sucres : des polysaccharides, et de protéines. Les premiers peuvent avoir des actions antioxydantes, antivirales et/ou antibactériennes avec des applications dans le domaine de la santé. Les secondes peuvent être utilisées dans l’alimentation animale.

Pour accéder à ces molécules, j’utilise un procédé d’hydrolyse enzymatique. Je place un extrait d’algue en présence de certaines enzymes qui vont découper la paroi et séparer les molécules. J’obtiens alors un “sirop” d’algue, que je lyophilise, pour ne pas qu’il se dégrade. J’étudie ensuite la composition exacte de mon échantillon, en relation avec les conditions d’hydrolyse : température, durée de l’expérience... L’objectif est de mettre au point un procédé efficace avec un moindre impact sur l’environnement pour extraire ces molécules.

Je teste aussi mes extraits sur des bactéries et des virus modèles, afin de mettre au jour les activités biologiques des différents sucres et protéines.

Depuis le début de ma thèse, il y a un an et demi, et jusqu’à la fin, je vais travailler sur le même lot d’algues, prélevé l’année dernière. Car en fonction du lieu de croissance, de sa luminosité, de sa teneur en nutriments..., leur composition peut varier. C’est l’un des aspects qu’il faudra prendre en compte lorsqu’il s’agira de dimensionner ces manipulations à l’échelle industrielle ! »

Tabs

Propos recueillis par
Céline Duguey

Ajouter un commentaire