Portraits

© DR
Yassine Kadmi
Chimiste
Il a reçu le prix des techniques innovantes pour l’environnement au salon @Pollutec Horizons en décembre dernier.

« Je scrute les composés de l’eau potable. »

Yassine Kadmi est doctorant au sein de l’équipe Chimie et ingénierie des procédés, de l’Institut des sciences chimiques de Rennes (UMR CNRS 6226) à l’École nationale supérieure de chimie de Rennes.

 

« J’étudie certains produits présents à très faible concentration dans l’eau. Ils résultent de réactions chimiques entre la matière organique et le chlore ajouté dans l’eau pour la rendre potable. Ces produits sont potentiellement toxiques et certains ont la particularité d’apparaître et de disparaître au fil du réseau de distribution. Je cherche donc à définir leur vitesse de formation et de dégradation pour prévoir à quelle distance d’une usine de traitement les pics de concentration sont les plus forts. Pour cela, j’ai d’abord analysé la littérature et sélectionné dix familles de molécules en fonction de leur occurrence dans l’eau et de leur toxicité supposée. Les concentrations de ces produits sont tellement faibles qu’il faut développer pour chaque famille un protocole expérimental spécifique de détection et de quantification, à l’aide de la chromatographie et de la spectrométrie de masse. L’expérience en laboratoire est réalisée à partir de trois types d’eaux collectés sur le terrain : d’une retenue d’eau au printemps, d’une en hiver et d’une nappe phréatique. Après avoir ajouté une dose donnée de chlore, j’ai mesuré régulièrement pendant 72 heures les concentrations en chlore et en produits sélectionnés pour l’étude. Réitérer quinze fois l’expérience, sur une même eau, en changeant au moins un paramètre (dose de chlore, pH, température...) m’a permis de dégager des constantes et de modéliser la cinétique et les mécanismes en jeu pour une quarantaine de composés. Je rédige actuellement ma thèse, je la soutiendrai dans deux mois environ. »

Tabs

Propos recueillis par
Klervi L’Hostis

Ajouter un commentaire