Un dentifrice à l’algue brune

323
septembre 2014
© Yslab
Le dentifrice à base d’algue brune d’Yslab a conservé de l’algue sa couleur mais a le parfum et le goût d’un dentifrice standard.

La société Yslab commercialise des produits finis dont elle a formulé les actifs, notamment pour des soins de la bouche.

Une algue brune favorise l’équilibre bucco-dentaire. C’est ce qu’a mis en évidence l’équipe R&D d’Yslab, société spécialisée en biotechnologies marines basée à Quimper, dans le cadre de ses recherches sur les ingrédients marins d’intérêt pour la santé. Déjà étudiée et utilisée pour des compléments alimentaires - car elle contient des polyphénols aux propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires - Ascophyllum nodosum n’avait encore jamais été intégrée dans des produits de soin pour la bouche.

Ni trop collante ni trop foncée

À partir des extraits fournis par son partenaire Algues et Mer (lire p. 18) et d’une collaboration avec des chercheurs des Universités de Rennes 1(1) et Rennes 2(2) dans le cadre du projet Odontomer labellisé par le Pôle Mer Bretagne Atlantique, l’équipe d’Yslab a confirmé ces propriétés. Il a ensuite fallu travailler à la formulation du dentifrice : préciser les interactions avec les autres composants (tensioactif naturel...) et les doser.

Yslab coopère avec des sociétés spécialisées pour concevoir une formulation optimale, par exemple, faire en sorte que la pâte ne soit pas collante ni trop foncée malgré la présence d’algue brune. La société quimpéroise garde la main sur le choix du packaging, sur la partie réglementaire et sur la validation finale du produit.

Toute une gamme

Une fois mis en évidence l’intérêt de l’activité d’une molécule, son utilisation peut être déclinée dans d’autres produits cosmétiques pour lesquels les mêmes propriétés sont recherchées. L’algue brune du dentifrice d’Yslab, en phase finale de développement, pourrait ainsi entrer dans la composition d’un bain de bouche.

Les entreprises de conception comme Yslab ont un double enjeu. En amont, la recherche vise à identifier des espèces d’algues qui permettent d’obtenir des propriétés d’intérêt, dictées par le marché (anti-âge...). Et en aval, il s’agit de trouver de nouveaux produits auxquels les principes actifs identifiés pourraient s’appliquer. Yslab commercialise déjà des produits ORL à base d’eau de mer et d’extraits d’algues, pour lesquels la petite entreprise d’une dizaine de salariés se positionne parmi les précurseurs sur le marché mondial. Elle s’impose aussi sur le secteur des produits cosmétiques pour enfants avec sa gamme de gels et crèmes P’tit Bobo, aux vertus hydratantes et apaisantes, à base d’algue rouge (Chondrus crispus) et de plantes du littoral, cette fois !

Tabs

Michèle Le Goff

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER