Portraits

© DR
Margaux Chauvin
Étudiante en biologie des organismes marins
Elle a présenté la mission scientifique du Tenace dans le Grand Nord lors du colloque Istas (Integrating spatial and temporal scales in the changing Arctic System) à l’IUEM du 21 au 24 octobre dernier.

«J’ai étudié le plancton, près du pôle Sud et du pôle Nord. »

Margaux Chauvin vient de finir son master en biologie des organismes marins à l’Institut universitaire européen de la mer (IUEM), à Brest.

 

Cette mission était géniale et très intéressante. J’étais la seule scientifique, la seule fille et la seule civile à bord ! Pendant sept semaines, du 20 août au 10 octobre, j’étais sur le remorqueur militaire le Tenace, pour une campagne scientifique dans le Grand Nord. En janvier et février, pour mon stage de master, j’avais embarqué sur le Marion Dufresne, pour participer à une campagne d’étude du phytoplancton, près du pôle Sud.

Lors de la mission Arctic Tenace Expedition, mon rôle consistait à échantillonner le plancton végétal et animal. Une sonde effectue des mesures (salinité, température, lumière, fluorescence), puis nous prélevons le phytoplancton avec des bouteilles, à 20 m de profondeur environ. Pour le plancton animal, nous utilisons un filet à la maille très fine. Il est fixé au bout d’un câble, déroulé avec un treuil jusqu’à 500 m de profondeur. Le plancton animal est conservé dans du formol, le végétal est congelé.

Nous avions quitté Brest pour la mer du Nord, puis la côte norvégienne. Après une grosse tempête, nous sommes allés à l’Île-aux-Ours et au Groenland : Tasiilaq, c’est très beau ! Après une nouvelle tempête, nous avons fait une dernière escale en Islande. Nous avons fait six escales au total, pour trente-neuf jours en mer. Il y a eu beaucoup de tempêtes, avec des creux de six mètres. Elles rendent nauséeux, compliquent le travail et présentent des dangers, pour le personnel et le matériel. Mais les gens étaient super à bord, c’était très bien.

Tabs

Propos recueillis par
Nicolas Guillas

Ajouter un commentaire