Portraits

© DR
Françoise Binet
53 ans
Écologue et biologiste du sol
La directrice de l’unité Écobio(1) a été interviewée par Nathalie Blanc.

Je me suis sentie doublement Charlie.

1

Qu’auriez-vous fait si vous n’aviez pas été chercheur ?
Vétérinaire. Mais j’étais attirée par toutes les sciences de façon générale. Je suis devenue chercheuse et je ne regrette rien : j’adore mon métier !

2

Aujourd’hui, qu’avez-vous trouvé ?
Pas le Graal, c’est sûr ! Dans mon domaine, l’environnement et la biodiversité, j’ai découvert combien la nature pouvait être ingénieuse et cela m’épate toujours. La pérennité de biodiversité, et celle des sols en particulier, est l’assurance des générations futures. Mais aujourd’hui elle est menacée et convoitée : je découvre qu’elle fait l’objet d’enjeux économiques très puissants.

3

Le hasard vous a-t-il déjà aidé ?
J’ai du mal à croire au hasard... Ou alors peut-être que je ne l’ai pas détecté. Mais en recherche, je pense qu’on le provoque. On est loin du cliché de la pomme de Newton ! Je suis persuadée qu’il avait déjà son cheminement en tête.

4

Qu’avez-vous perdu ?
Rien, ou alors je ne m’en suis pas rendu compte. Par contre, j’ai parfois peur que l’on perde ce qui est l’essence de la recherche, c’est-à-dire un métier qui doit laisser la place à la créativité et qui a besoin de temps. Aujourd’hui, on prône plus la quantité que la qualité : “Publish or perish(2)”. J’espère que l’on ne va pas se laisser emporter par ce côté comptable et revenir à des choses plus raisonnables.

5

Que faudrait-il mieux ne pas trouver ?
Rien. Ce besoin de faire avancer les connaissances est le moteur de la société humaine. Et il reste encore beaucoup de choses à trouver. Mais il faut bien sûr contrôler l’appropriation de ces nouvelles connaissances.

6

Quelle est la découverte qui changerait votre vie ?
Celle qui pourrait m’expliquer les mystères de l’expansion de l’Univers. Est-il fini ? Si oui, qu’y-a-t-il derrière ? Si non, quand s’arrêtera-t-il ? Cette question du temps me taraude. D’ailleurs, j’aimerais aussi pouvoir le ralentir pour arriver à faire mon métier et avoir plus de temps pour moi et mes proches. Ou alors avoir une triple vie ?

7

Qu’est-ce qui vous ferait douter de la rationalité ?
La nature humaine. Je suis très rationnelle, et plus jeune je pensais que beaucoup de gens était comme moi ! Les événements du début d’année m’ont rappelé que la rationalité n’était pas partagée par tous pour appréhender le monde. Ils m’ont énormément choquée. Je me suis sentie doublement Charlie : en tant que citoyenne et en tant que chercheuse. Je me sens à ma place et fière d’être scientifique pour m’opposer à l’obscurantisme.

Tabs

Ajouter un commentaire