Spermatozoïdes et ovocytes, tout les sépare ?

330
avril 2015
© Koya 979 / Fotolia.com

Chez les mammifères en général et l’espèce humaine en particulier, les aspects masculins de la reproduction bénéficient de l’accessibilité et de la disponibilité des gamètes !

Le testicule est en effet capable de produire 1500 spermatozoïdes à chaque battement de cœur, de la puberté à la mort. « C’est une véritable usine à cellules, note Bernard Jégou, spécialiste de la reproduction humaine à l’Institut de recherche sur la santé, l’environnement et le travail (Irset), et un organe très sophistiqué capable de produire en continu, tant en quantité qu’en qualité. »

Côté féminin, le système est radicalement différent. La petite fille est dotée dès sa naissance d’un stock d’ovocytes fixe.

Ceux-ci vont donc vieillir avec elle. C’est pourquoi la fertilité féminine est très dépendante de l’âge.

Spermatozoïdes et ovocytes ont un point commun. Contrairement à toutes les autres cellules qui comportent chacune deux jeux de chromosomes (deux fois vingt-trois pour l’espèce humaine), les cellules reproductrices après la fécondation n’en comportent qu’une copie (elles sont haploïdes). Cela permet à l’embryon qui est issu de leur fusion de bien avoir deux jeux de chromosomes (et non quatre).

Nathalie Blanc

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER