Le drone qui surfe sur les vagues

337
décembre 2015
Ifremer/Stéphane Lesbats

Piloté à distance, le nouveau drone marin conçu par l’Ifremer prélève des échantillons d’eau le long du littoral.

Il passe les vagues sans difficulté, tel un surfeur aguerri. Speedoo est le nouveau drone marin de l’Ifremer (1). Capable de rejoindre des coordonnées GPS et de maintenir sa position contre vents et marées, il pompe des échantillons d’eau et mesure in situ les éléments physico-chimiques de base (température, salinité, turbidité). « Nous avions besoin d’un engin de ce type pour nos recherches », explique Anne Daniel, écologue pélagique au centre Ifremer de Brest. Elle fait partie de l’unité Dyneco qui étudie les masses d’eau côtière dans le cadre du réseau national de surveillance du phytoplancton (2) : « Nous prélevons de l’eau régulièrement à des endroits parfois éloignés des cales ou difficiles d’accès pour un bateau », dit-elle. Prototypé en 2013 puis testé et validé en 2014, Speedoo est léger (15 kg) et simple à mettre en œuvre. Son tirant d’eau de 10 cm lui permet de se faufiler là où la profondeur est faible. Il est piloté à vue depuis la terre via une télécommande, jusqu’à 500 m de distance. « En réalité, sa portée peut atteindre 2 km, mais nous avons décidé de limiter l’utilisation pour des raisons de sécurité, souligne-t-elle. On ne peut pas perdre Speedoo, car sa position est suivie en continu sur un smartphone. » Cette année, l’Ifremer s’est associé à la PME Tecdron, basée à La Rochelle, pour transférer la nouvelle technologie et l’industrialiser. Speedoo pourrait en effet intéresser aussi les services d’assainissement des distributeurs d’eau, par exemple, ou les bureaux d’études. La fabrication et la commercialisation est prévue pour le 1er trimestre 2016.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ