«J’ai conçu un polymère biodégradable pour traiter le cancer du foie.»

Portrait

N° 352 - Publié le 15 mai 2017
DR
Ce que je cherche
Ghislaine Barouti
Chimiste

Magazine

4259 résultat(s) trouvé(s)
Ghislaine Barouti a effectué sa thèse, soutenue en 2016, à l’Institut des sciences chimiques de Rennes (UMR 6226 CNRS, Université de Rennes 1).

Lors de ma thèse, sous la direction de Sophie Guillaume, j’ai synthétisé de nouveaux polymères, biocompatibles et entièrement biodégradables, capables de renfermer un principe actif pour le traitement du cancer du foie. Les copolymères (1) que nous avons synthétisés comportent un bloc hydrophile et un bloc hydrophobe. Ceci leur donne la capacité de s’auto-assembler en solution aqueuse sous la forme de sphères creuses. Le contrôle précis de la structure et de la composition chimique des polymères nous a permis de maîtriser précisément leur assemblage. Des nanoparticules de polymères sont déjà utilisées pour délivrer des molécules de médicament en ciblant précisément un tissu, mais, à notre connaissance, il s’agit des premiers de ce type (2) entièrement biodégradables. Au cours de ma thèse, nous avons montré que les nanoparticules formées à partir de ces polymères étaient particulièrement stables en solution aqueuse, ce qui constitue un avantage important pour la libération prolongée de principes actifs. Mes travaux de thèse ont également permis de montrer qu’ils ne présentent pas de toxicité aiguë (d’après des résultats obtenus sur des cultures de cellules), et que leur structure chimique permet de limiter la reconnaissance par le système immunitaire, ce qui permettra au final d’augmenter leur temps de circulation dans l’organisme. Il y a encore beaucoup de travail à faire avant que le polymère puisse être utilisé, mais une start-up s’intéresse au projet et pourrait développer ces nouveaux systèmes.

PROPOS RECUEILLIS PAR Maryse Chabalier

TOUS LES PORTRAITS

Abonnez-vous à la newsletter
du magazine Sciences Ouest

Suivez Sciences Ouest