Élevage : un bâtiment expérimental

Actualité

N° 368 - Publié le 4 janvier 2019
Anses
Des poulets seront élevés dans ce nouvel environnement.

Magazine

4259 résultat(s) trouvé(s)

À Ploufragan, l’Anses améliore le bien-être animal.

Dans ce bâtiment d’élevage expérimental de 1400 m², installé sur le site de l’Anses(1) à Ploufragan, le bien-être des volailles sera suivi. L’objectif est de contrôler en continu la distribution des aliments, ainsi que le chauffage et l’éclairage. Les chercheurs étudieront le comportement des animaux, pour améliorer l’élevage. Inauguré fin novembre à l’occasion des 60 ans du laboratoire, cet équipement sera bientôt fonctionnel.

Éviter les mutilations

« En améliorant son bien-être, l’animal devrait être plus résistant aux maladies », indique Virginie Michel, coordinatrice nationale à l’Anses. « Son langage corporel, que nous analysons, est un indicateur de son état mental », poursuit Alain Boissy, spécialiste de la question à l’Inra(2). Pour éviter les comportements anormaux (picage) et les mutilations (épointage du bec), les équipes mettent en place des stratagèmes. « Des tapis, des cordes et des perles peuvent éviter que la volaille ne picore la voisine ! »

Les chercheurs de l’Anses(3) s’investissent également dans un projet(4) pour le bien-être des chèvres laitières. « Les éleveurs ont besoin d’un outil d’évaluation et de pratiques innovantes, adaptés à tous les systèmes d’élevage, poursuit Virginie Michel. Nous voulons savoir si l’amélioration des soins apportés aux plus jeunes à un effet direct sur leur santé future et leurs performances. »

Relations avec l’animal

L’amélioration du milieu de vie des chèvres, par exemple avec des objets récréatifs, le travail de l’éleveur et ses relations avec l’animal, mais aussi celles entre la mère et son petit, sont des leviers d’action. « Avec des conditions optimales, l’animal stresserait moins et serait plus résistant aux maladies. Cela permettrait de limiter l’usage des antibiotiques. »

Marion Guillaumin

(1) Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.
(2) Institut national de la recherche agronomique. Alain Boissy est animateur du Centre national de référence pour le bien-être animal.
(3) Au laboratoire Ploufragan-Plouzané-Niort.
(4) Le projet Goatwell a démarré en septembre 2018, en collaboration avec l’Institut d’élevage et l’Inra.

Virginie Michel
virginie.michel@anses.fr

TOUTES LES ACTUALITÉS

Abonnez-vous à la newsletter
du magazine Sciences Ouest

Suivez Sciences Ouest