Football : tout donner à 150 %

374
septembre 2019
Les chercheurs mesurent l'étirement des muscles des joueurs du Stade rennais.
Laurent Guizard

Pendant la Coupe du monde féminine de football, les hommes ne sont pas restés au vestiaire. Les joueurs du Stade rennais étaient au M2S Lab1 à Bruz. Comme chaque année, les chercheurs mesurent leurs échanges gazeux (oxygène et CO2) pendant l’effort. Les footballeurs passent également des tests biomécaniques. Des marqueurs, placés sur l’ensemble du corps, permettent d’analyser leurs mouvements musculaires et squelettiques. « Nous venons d’étudier l’étirement des ischio-jambiers2, explique Anthony Sorel, ingénieur de recherche au M2S. La blessure de ces muscles est très courante au football. » Lorsque le joueur veut atteindre une cible avec son pied, il tend la jambe et le biceps fémoral s’allonge. « Nous avons montré que, chez un sportif professionnel en bonne santé, il s’étire jusqu’à 150 % de sa longueur au repos. » Si la valeur est plus faible, le muscle a pu subir une lésion. « Nous alertons alors le joueur qu’il court un risque. »

Tabs

Marion Guillaumin

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ