Labo : comment maîtriser les risques ?

404
décembre 2022
SOPHIE PODEVIN
Manipulation de solvant avec un entonnoir à clapet.

 

Les pictogrammes à l’entrée des laboratoires de chimie de l’ISCR1 rappellent le port obligatoire de la blouse, des lunettes voire des gants. Des protections qui ne sont pas anodines car la liste des dangers est longue : laser, produits toxiques ou cancérigènes…
Les laboratoires sont des espaces à risque pour les personnes, mais aussi pour l’environnement. Des risques que les assistants de prévention (AP) ont la charge de maîtriser pour limiter les accidents. C’est le cas d’Aurélie Macé, qui mène cette mission en parallèle de son métier d’ingénieure. « J’accueille les nouveaux entrants et je les forme à la sécurité, aux bonnes pratiques et à la gestion des déchets chimiques. » Elle s’occupe également des risques psycho-sociaux en restant à l’écoute de ses collègues.

Protection de l’environnement

À l’ISCR, ils sont 24 AP répartis dans les différents laboratoires. « Nous n’avons pas la volonté de faire la “police de la sécurité”, précise Gwendal Le Bars, responsable du service prévention. C’est avant tout une mission de conseil et d’appui. » Un rôle de référent indispensable pour faire remonter rapidement les éventuelles lacunes de sécurité. Au-delà de la prévention, ces métiers ont permis une amélioration de l’ensemble des pratiques. « L'institut consomme 25 000 litres de solvant par an, souligne Gwendal Le Bars. Avant l’arrivée des entonnoirs à clapet, il y a huit ans, une grande partie s’évaporait sous les sorbonnes2. » Désormais, les pertes dans l’environnement ont nettement diminué.

Tabs

SOPHIE PODEVIN

L'ACTUALITÉ