Des plantes de retour dans leur île

La biodiversité de l’île Maurice est l’une des plus riches au monde, mais l’activité humaine la fragilise.

314
novembre 2013

Dans le cadre d’un programme lancé en 2011, le Conservatoire botanique national de Brest va réintroduire trente plantes endémiques, éteintes ou menacées de disparition(1). Dix d’entres elles viennent de retrouver leur terre natale le 12 octobre ! Parmi ces plantes, la Cylindrocline lorencei a été sauvegardée in extremis.

Jean-Yves Lesouëf, fondateur du Conservatoire botanique de Brest, a ramené les dernières graines de l’île en 1977. Les premières plantules, obtenues via les biotechnologies, ont bien fleuri à Brest... mais les nouvelles graines n’étaient pas viables, et les boutures n’ont rien donné ! Lancée en 2009, une nouvelle phase de multiplication in vitro à partir de jeunes bourgeons a permis aux scientifiques du conservatoire, en collaboration avec l’Inra, de produire plusieurs centaines de jeunes plantes. Sur l’île Maurice, la Cylindrocline s’acclimate actuellement dans des serres, au National Parks and Conservation Service. Elle sera ensuite réintroduite dans son milieu naturel, la forêt.

Tabs

Renseignements

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ