Planter l’électrode avec précision

324
octobre 2014
© DR

Récompensés en juin, des informaticiens de Rennes ont développé un logiciel d’aide à l’acte chirurgical.

Dans les cas les plus sévères de la maladie de Parkinson, la stimulation cérébrale profonde peut atténuer considérablement les troubles moteurs. Elle consiste à implanter dans le cerveau des électrodes qui stimulent certaines structures anatomiques profondes, comme le noyau sous-thalamique(1). Dans le cadre du programme de recherche Acoustic(2), l’équipe Medicis, du Laboratoire traitement du signal et de l’image (LTSI) de l’Université de Rennes 1, a développé un logiciel afin d’assister les neurochirurgiens lors de cette intervention délicate(3). « Le positionnement des électrodes doit être très précis pour éviter les effets secondaires », explique Pierre Jannin, responsable du projet et chercheur à l’Inserm. Mais sur l’imagerie à résonance magnétique du patient (IRM) qui sert de guide au chirurgien, le noyau sous-thalamique se distingue à peine. « Le nouveau logiciel projette l’IRM du patient à opérer sur une IRM de cerveau en 3D obtenue à partir de la compilation numérique des images médicales d’une cinquantaine de patients », précise-t-il. Les contours de la cible à stimuler se voient alors plus facilement et le chemin que les électrodes doivent emprunter pour l’atteindre est calculé automatiquement. « L’outil permet aussi une évaluation postopératoire. Il met en corrélation la position des électrodes et les résultats cliniques visibles sur le scanner du patient. » Testé depuis un an au CHU de Rennes par la neurochirurgienne Claire Haegelen, le logiciel sera bientôt déployé à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ